Kitsune

L’histoire du Kitsune

Kitsune (狐) est le nom japonais pour renard. Les renards sont des personnages connus du folklore japonais, des légendes et des mythes .

Les histoires les dépeignent comme des êtres intelligents et comme possédant des capacités magiques qui augmentent avec leur âge et leur sagesse. Selon le folklore Yokai, tous les renards ont la capacité de se transformer en hommes ou en femmes. Alors que certains contes populaires parlent de Kitsune utilisant cette capacité pour tromper les autres – comme le font souvent les renards dans le folklore – d’autres histoires les présentent comme des anges gardiens, des amants, des amis et des conjointes.

 folklore

T-shirt renard 9 queues 

La description

Les humains et les renards ont toujours vécus proches dans l’ancien Japon, c'est ce qui a donné lieu aux légendes sur les créatures. Les kitsunes sont devenus étroitement associés à Inari, un kami ou esprit shinto, et servent de messagers. Ce rôle a renforcé la définition fantastique du renard. Plus un kitsune possède de queues – il peut en être pourvu de neuf – et avec l'âge il sera plus grand et plus puissant. En raison de leur pouvoir et de leurs potentielles influences, certaines personnes vont jusqu'à leur offrir des cadeaux comme ils le font pour des divinités.

A l’inverse, les renards étaient souvent considérés comme des « animaux sorcières », en particulier pendant la période superstitieuse d’Edo (1603-1867), et étaient des gobelins auxquels on ne pouvait pas faire confiance (comme certains blaireaux et chats).

Les mythes du renard japonais ont leurs origines dans la mythologie japonaise. Les contes populaires chinois racontent des esprits de renard appelés huli jing qui vont posséder au moins 9 queues (Kyubi no Kitsune en japonais). La plupart des histoires les plus anciennes sont enregistrées dans le Konjaku Monogatarishu, une collection du XI ème siècle de récits chinois, indiens et japonais. Les renards à neuf queues ont été adaptés comme motif de la mythologie chinoise à la mythologie japonaise.

Le japonais folkloriste Kiyoshi Nozaki soutient que les habitants du Japon considéraient le kitsune positivement dès le 4 ème siècle après JC, les seules choses importées de Chine étaient le caractère négatif du kitsune. Il déclare que, dans un livre d’archives du XVI ème siècle appelé Nihon Ryakki, les humains et les renards vivaient presque ensemble dans l’ancien Japon, et il affirme que les mythes indigènes sur les créatures sont apparues en conséquence. Karen Smyers, érudit d’Inari, note que l’idée du renard comme séductrice et le lien entre les mythes du renard et le bouddhisme ont été introduits dans le folklore japonais à travers des chroniques chinoises identiques, mais elle soutient que certaines histoires de renards contiennent des éléments uniques au Japon.

L’étymologie complète est inconnue. Le plus ancien usage connu du mot se trouve dans le texte 794 Shin’yaku Kengonkyo Ongi Shiki. D’autres sources anciennes incluent Nihon Ryoiki (810-824) et Wamyo Ruijusho (vers 934). Ces sources les plus anciennes sont écrites en Man’yogana qui identifie clairement l’orthographe historique comme kiltune. À la suite de plusieurs changements phonologiques diachroniques, cela devient kitsune.

dessin

Veste kimono kawaii

On imagine que les kitsunes détiennent un intellectuel supérieur, une longue  de vie et des pouvoirs surnaturels. Ce sont ce genre de yokai, ou âme spirituelle, et le nom kitsune est évoqué par revenant de renard. Mais cela n'affirme pas que les kitsune soient des fantômes, ni qu’ils sont radicalement opposés aux renards ordinaires. Parce que le mot esprit est utilisé pour montrer une forme de connaissance ou d’illumination, tous les renards à longue vie acquièrent des capacités surnaturelles.

Il existe deux catégories courantes de kitsune. Les zenko (善狐 les bons renards) sont des renards célestes bienveillants associés à Inari, ils sont parfois simplement appelés renards Inari. D’autres part, les yako (野狐, littéralement renards des champs, également appelés nogitsune) ont tendance à être malins voire malveillants. Dans les coutumes locales ajoutent d’autres types. Un ninko est l'esprit d'un renard invisible mais les humains ne peuvent pas le sentir que lorsqu’ils les possèdent.

Les kitsunes sont physiquement connus pour posséder environ 9 queues. Plus ils ont de queues et plus cela montre que c'est un renard âgé et plus puissant, en fait, certaines légendes traditionnelles diront qu’un renard n'obtiendra des queues supplémentaires qu’après avoir vécu 100 ans. Un, cinq, sept et neuf queues sont les chiffres les plus commun dans les histoires folkloriques. Quand un kitsune obtient  sa neuvième queue, son pelage devient dorée et blanc. Ces kyubi no kitsune (九尾 の 狐, renards à neuf queues) obtenir l'aptitude de pouvoir entendre et voir dans le monde ce qui se passe. D’autres légendes leur attribuent une infinie sagesse (omniscience).

Un kitsune va s'accaparer une apparence d'homme ou de femme, c'est une capacité qu'il apprend à faire avec l'âge – généralement 100 ans – bien que certains récits diront 50 ans. Comme condition à la transformation, le renard doit placer des roseaux, une feuille large ou un crâne sur sa tête.

pouvoir kitsune

T-shirt renard

Les formes courantes assumées par les kitsunes incluent les belles femmes, les jeunes filles ou les hommes âgés. Les formes que peut prendre en apparence le renard ne sont pas freiné par l’âge ou le sexe de ce dernier, il peut prendre l'apparence de n'importe qui. Les renards sont très doués pour prendre l'apparence d'une très jolie femme. Dans les croyances du Japon ancien toutes les femmes que l'on rencontraient seule, en particulier au crépuscule ou la nuit, pouvait être un renard. Kitsune-gao ou à face de renard fait référence aux femmes humaines qui ont une tête étroite avec de petits yeux, des sourcils fins et de hautes pommettes.

Cette forme de tête est considérée comme amusante et certaines histoires l’attribuent des renards sous la forme d'humain. Les variantes sur le thème font que le kitsune conserve d’autres traits de renard, tels qu’une couche de poils fins, une ombre en forme de renard ou un reflet qui montre sa vraie forme.

Dans certaines épopées, les kitsunes ont du mal à cacher leur queue lorsqu’ils prennent forme humaine, chercher la queue, peut être lorsque le renard se saoule ou devient imprudent, est une méthode courante pour identifier la créature et sa véritable nature . Un individu particulièrement pieux peut même dans certains cas voir à travers l'artifice d’un renard simplement en le percevant. Les kitsunes peuvent également être exposés sous la forme d'un humain car ils ont peur et de leur dégout des chiens, que certains tellement perturbés de les voir reviennent à la forme d’un renard et s’enfuient. Une histoire populaire illustrant ces imperfections dans la forme humaine du kitsune concerne Koan, un personnage historique crédité de la sagesse et des pouvoirs magiques de la divination. Selon l’histoire, il séjournait chez l’un de ses fidèles lorsqu’il s’est échaudé le pied en entrant dans un bain parce que l’eau avait été tirée trop chaude. Puis, « dans sa douleur », il a couru hors de la salle de bain nu. Quand les gens de la maison l’ont vu, ils ont été étonnés de voir que Koan avait de la fourrure recouvrant une grande partie de son corps, ainsi qu’une queue de renard. Puis Koan s’est transformé en face, d’entre eux, devenant un renard âgé et s’enfuyant.

D’autres capacités surnaturelles communément attribuées au kitsune incluent la possession, les bouches ou les queues qui génèrent le feu ou la foudre (connu sous le nom de kitsunebi), la manifestation volontaire dans les rêves des autres, le vol, l’invisibilité et la création d’illusions si élaborées qu’elles sont presque indiscernables de réalité. Certains récits parlent de kitsune avec des pouvoirs encore plus grands, capables de plier le temps et l’espace, de rendre les gens fous ou de prendre des formes fantastiques comme un arbre d’une hauteur incroyable ou une seconde lune dans le ciel. D’autres kitsunes ont des caractéristiques qui rappellent les vampires ou les démons et se rassasient de l'esprit et la vie des hommes et femmes, en ayant un contact sexuel.

Kitsunetsuki (狐 憑 き, 狐 付 き), également écrit kitsune-tsuki, signifie littéralement « l’état d’être possédé par un renard ». La victime est généralement une jeune femme, dans laquelle le renard pénètre sous ses ongles ou à travers ses seins. Dans certains cas, on dit que les expressions faciales des victimes changent de telle sorte qu’elles ressemblent à celles d’un renard. La tradition japonaise soutient que la possession par un renard peut amener les victimes analphabètes à acquérir temporairement la capacité de lire. Bien que les renards dans le folklore peuvent disposer d'un humain de leur propre désir, le kitsunetsuki est attribué aux intentions agressives des anciens de renards héréditaires, ou tsukimono-suji.

kitsunetsuki

Tatouage masque renard

Le flokloriste Lafcadio Hearn décrit la condition :

La folie de ceux dans lesquels entrent les renards démons est étrange. Parfois, ils courent nus en criant dans les rues. Parfois, ils se couchent et moussent à la bouche, et hurlent comme un renard hurle. Et sur une partie du corps du possédé, une bosse en mouvement apparaît sous la peau, qui semble avoir une vie propre. Piquez-le avec une aiguille et il glisse instantanément vers un autre endroit du corps. Il ne peut en aucun cas être si étroitement comprimé par une main forte qu’il ne glisse pas sous les doigts. On dit aussi que les possédés parlent et écrivent des langues dont ils ignoraient totalement avant la possession. Ils ne mangent que ce que l’on pense que les renards aiment – tofu, aburagé, azukimeski, etc…. Et ils mangent beaucoup, alléguant que non pas eux, mais les renards qui les possèdent, ont faim.

Dans le livre  - Aperçus du Japon inconnu – il indique qu’une fois que la victime ne sera plus possédée, elle ne pourra plus jamais s'alimenter de tofu, de l’azukimeshi ou d’autres aliments qu'affectionnent des renards.

L’exorcisme, souvent pratiqué dans un sanctuaire Inari, peut inciter un renard à quitter son hôte. Dans le passé, lorsque ces mesures douces échouaient ou qu’un prêtre n’était pas disponible, les victimes de kitsunetsuki étaient battues ou gravement brûlées dans l’espoir de forcer le renard à partir. Des familles entières ont été ostracisées par leur communautés après qu’un membre de la famille ait été considéré comme possédé.

livre

Au Japon, le kitsunetsuki a été noté comme une maladie dès la période Heian et est resté un diagnostic courant de maladie mentale jusqu’au début du 20 ème siècle. La possession était l’explication du comportement anormal affiché par les individus affligés. A la fin du 19 ème siècle, le Dr Shunichi Shimamura a noté que les maladies physiques qui causaient de la fièvre étaient souvent considérées comme des kitsunetsuki. La croyance a perdu la faveur, mais des histoires de possession de renards se produisent encore, telles que des allégations selon lesquelles des membres du culte Aum Shinrikyo avaient été possédés.

 

masque kitsune

Masque Kitsune

En médecine, le kitsunetsuki est un syndrome lié à la culture propre à la culture japonaise. Ceux qui souffrent de la maladie croient être possédés par un renard. Les symptômes comprennent des envies de riz ou de haricots adzuki sucrés, l’apathie, l’agitation et l’aversion pour le contact visuel. Kitsunetsuki est similaire mais distinct de la lycanthropie clinique.

masque

Vous trouverez dans notre boutique, toutes sortes d’articles en lien avec les kitsunes avec des t-shirts et des sweats à l’effigie de cette bête à neuf queues.

 Notre collection vêtements japonais.

Kitsune


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés